Épisode 1 : la licorne fantaisiste

1 Star (Aucun vote)
Loading...

 

09H00 : Pélagie se réveille en sursaut. Un coup d’œil à son réveil lui fait craindre le pire. Elle est en retard à sa deuxième journée du boulot. Et avec le caractère de Madame Doulac, elle risque gros !

Elle s’habille rapidement sans trop réfléchir, attrape ses clés et fonce dans la rue, courant sur tout le trajet.

Comme elle le supposait, Madame Doulac l’accueille avec une remarque acerbe : « Pélagie, vous êtes en retard ! Et dès le deuxième jour! J’espère que vous n’allez pas me faire regretter de vous avoir embauchée! » À peine ces mots prononcés, la Doulac tourne les talons et la laisse plantée là, pour s’adresser tout sourire à un client d’une voix mielleuse : « Monsieur, puis-je vous aider ? »

 

Pélagie rentre la tête dans les épaules, très mal à l’aise de s’être faite reprendre par la patronne devant tout le monde. Elle  tente de se faire la plus discrète possible et s’attelle immédiatement à vider les cartons de l’office reçus ce matin.

 

Peu après, Clément lui lance un bonjour chaleureux. Heureusement que ce type est sympa, elle sent d’emblée qu’elle peut compter sur lui si Madame Doulac continue à lui mener la vie dure. En revanche, Dorothée la toise d’un regard méprisant et lui lance : « Dis-moi, dans quelles boutiques t’habilles-tu pour avoir ce look si…. étrange ? »

 

Pélagie jette un coup d’oeil à sa tenue et ne peut s’empêcher de rougir. Dans sa précipitation, elle a enfilé un vieux jean sans se rendre compte qu’il était complètement élimé et même troué au genou. En haut, elle porte un tee-shirt un peu trop grand avec une licorne, offert par des copines et qu’elle réserve généralement aux week-ends.

 

Elle n’a pas le temps de répondre, car plusieurs clients pénètrent à cet instant dans la librairie. Elle reconnaît immédiatement le jeune client de la veille, qu’elle a croisé au O’Sullivan avec des copains. Lui aussi l’a repérée, car il avance droit vers elle.

 

« – Bonjour, quel est votre prénom ? 

– Euh, Pélagie…

– Et bien Pélagie, que me conseillez-vous comme lecture, s’il vous plaît ? 

Pour une fois qu’un client lui demande un conseil de lecture, Pélagie quitte immédiatement ses cartons pour lui répondre. Mais le jeune homme l’intimide…

– Ben… ça dépend… qu’est ce que vous aimez ?

– J’aime ce qui est merveilleux

– Vous voulez dire la fantasy ?

– Oui, exactement, la fantaisie…

– Et quel type de fantasy ?

– Les licornes fantaisistes en particulier 

 

Pélagie baisse la tête vers son tee-shirt et la relève en rougissant…

Pendant ce temps, Dorothée ne perd pas une miette de la conversation. Elle arbore toutefois un air pincé et semble même un peu vexée qu’un client si charmant s’adresse à Pélagie.

 

Pélagie, terriblement gênée, bafouille quelque chose en jetant des regards inquiets à la recherche de Madame Doulac, qui, heureusement ne se trouve pas dans les parages. Cette dernière n’apprécierait sans doute pas qu’elle se fasse remarquer de la sorte.

– D’ailleurs, Mademoiselle la licorne accepterait elle une invitation à dîner ?

 

Pélagie est tellement choquée qu’elle reste sans voix. Il ne manque pas de culot, celui-là… mais bon, il est quand même pas mal… Pour abréger cet entretien qui la met de plus en plus mal à l’aise, elle lâche :

– D’accord. Où et quand ?

– O’Sullivan, ce soir, à 21h00

 

Pélagie s’attendait davantage à un dîner dans un lieu un peu cosy comme ces bars à vin qu’affectionnent tant les parisiens… elle ne savait d’ailleurs même pas que le pub irlandais servait des choses à grignoter, mais bon, elle verrait bien…

– Bon, ben, à tout à l’heure alors… euh, comment dois-je vous appeler ?

– Léo, mais on peut se tutoyer… à ce soir Mademoiselle la licorne… »

 

Le jeune homme prononce cette dernière phrase avec un sourire enjôleur, qui trouble un peu Pélagie, même si elle ne veut pas l’admettre. Elle s’en veut déjà d’avoir accepté cette invitation d’un type inconnu qui vient la draguer, et au boulot en plus !

 

Le reste de la journée se passe mieux. Pélagie met du cœur à l’ouvrage et parvient à déballer tous les cartons de l’office avant la fin de l’après-midi. Madame Doulac lui adresse même une petit compliment d’un ton plutôt militaire : « Vous avez fait du bon boulot, Pélagie ! »

 

À 19H30, la librairie ferme ses portes. Pélagie est crevée, elle ne pensait pas que le métier de libraire était aussi physique : porter des cartons et des piles de livres, se baisser ou s’étirer pour atteindre les rayonnages et rester debout pendant 10 heures d’affilée. Avec tout ça, elle n’a pas eu trop le temps de penser à son rendez-vous du soir.

 

En repensant au jeune homme, elle se souvient de sa tenue, particulièrement soignée. Elle ne peut décidément pas aller à son rencart dans cette tenue. Pélagie décide donc de passer chez Zara avant son rendez-vous. Le magasin ferme normalement à 20h00, ça c’est l’un des vrais atouts de Paris, car à Nantes, les magasins ferment beaucoup plus tôt.

 

Après avoir essayé en un temps record trois robes, cinq hauts et deux pantalons, Pélagie finit par craquer pour un haut à pois et une jupe à mi-mollets. Elle s’est « un peu » inspirée de la tenue de Dorothée en espérant avoir l’air aussi branchée qu’elle dans ces vêtements.

 

21h00 pile, la voilà au O’Sullivan. Léo est là, avec une bande de copains. Ils grignotent des cacahuètes devant des verres de bière. Le patron annonce le début du quiz dans une dizaine de minutes. Visiblement il y a beaucoup d’habitués. Léo a l’air à l’aise, il salue des gens à d’autres tables. Elle qui s’attendait à un dîner en tête à tête est surprise, et même un peu déçue. Elle s’approche du groupe dans lequel se trouve Léo, qui ne l’a pas encore aperçue.

 

Lorsqu’il la voit, il lui adresse un sourire rayonnant et la présente à ses amis : « Je vous présente Pélagie, Mademoiselle la licorne ». Pélagie ne peut s’empêcher de rire. Il a l’air sympa ce type, finalement. La bande de copains commence à lui expliquer le principe du quiz qui va commencer et leurs résultats de la semaine dernière. Ils ont l’air prêts à tout pour gagner.

 

Le patron rappelle les règles du quiz. Bien sûr, les téléphones portables sont interdits, sinon cela n’aurait pas d’intérêt. La première question concerne la littérature et Pélagie connaît la réponse. Léo a l’air content qu’elle prenne part au jeu, il lui adresse un clin d’œil charmeur.

 

22h30. Vingtième question. Le score est serré. L’équipe de Pélagie et Léo a deux points de retard sur la première équipe et il reste encore cinq questions. Pélagie a discuté un peu avec les membres de son équipe au cours de la soirée. Certains sont encore étudiants en école de commerce, d’autres bossent déjà chez L’Oréal, Kraft ou Nestlé. Même s’ils sont tous sympathiques, elle se sent un peu différente, ils ont tous fait de brillantes études avec une classe prépa HEC et une école de commerce renommée.

 

23h00 : ça y est, ils ont gagné ! Dans l’euphorie de la victoire, Pélagie saute de joie et serre dans ses bras ses nouveaux amis, promettant de remettre ça au vendredi suivant. Léo profite de ce moment pour lui effleurer les lèvres d’un baiser.

Un peu plus tard, Léo lui propose de la raccompagner. Elle hésite mais finit par accepter, portée par l’enthousiasme de cette incroyable soirée…

 

1 commentaire

  • J’aime bien le début de l’épisode, mais après (je me répète, sorry!), trop facile la soirée dès ce premier épisode avec Léo et ses copains…

Commentaires