Episode 2 – Telle est prise qui croyait prendre

1 Star (6 vote(s)) Loading...

 

Le bout de papier avec le numéro de Léo trône sur la table de nuit de Pélagie depuis 3 jours… Chaque soir, elle se promet de l’appeler le lendemain. Chaque matin, elle repousse sa décision. Ça en devient une obsession !

Dans son immeuble, Pélagie sursaute dès qu’elle entend le pas d’un voisin. Elle a cherché sur les boîtes aux lettres, mais aucun Léo n’apparaît nulle part, et elle ne connaît pas son nom.

Il n’est pas revenu à la librairie depuis ce fameux jour où il a laissé son numéro à Clément, comme s’il faisait exprès de laisser planer cet intolérable suspense… Pélagie se maudit d’accorder autant d’importance à cette histoire… Mince, il ne mérite pas qu’elle en perde la santé non plus, ce frimeur !

Elle a pris sa décision, elle va déchirer ce satané papier, et la prochaine fois qu’elle le croisera dans la librairie, et ben… On verra bien.

 

Pressée d’en finir tout à coup, Pélagie monte quatre à quatre les marches de son immeuble et entre comme une furie dans son appartement… Accoudée au bar, le téléphone vissé sur l’oreille, Elise la regarde passer en trombe et lève un sourcil interrogateur.

– Elise, est-ce que c’est toi qui as pris le papier sur ma table de nuit, il n’y est pl…

Elise pose un doigt sur ses lèvres pour la faire taire :

– Allô, je suis bien sur le portable de Léo ? Salut, Elise à l’appareil, je suis une des locataires du 9 rue Pierre Sémard. J’organise une petite fête à la maison samedi soir, et j’ai décidé d’inviter mes voisins, enfin pas tous ah ah ! roucoule-t-elle au téléphone sous les yeux furibonds d’une Pélagie prête à exploser.

 

– Oui, c’est ça, on remet le coup du « Go, Johnny go go », mais cette fois on trinquera ensemble à ce bon vieux Chuck Berry ! Alors, je peux compter sur toi ?

Pélagie sent ses jambes vaciller… Mais qu’est-ce qu’elle a fait au bon Dieu pour se taper une coloc pareille ?!

– Ben j’ai demandé la liste au concierge, tiens… Il m’a à la bonne ! continue Elise en faisant un clin d’œil triomphant à Pélagie. Bon ben super, Léo, à samedi !

Elise raccroche et lance à Pélagie consternée :

– Alors, qu’est-ce qu’on dit à sa coloc préférée ?!!

 

Librairie Ecrire en Série, 9h03

– Clément, il faut que tu me sauves !! Ma fichue coloc a invité Léo chez nous samedi soir… Il va voir que j’habite pas du tout Barbes et que j’ai raconté n’importe quoi, comme une stupide midinette… Ok, alors on n’a qu’à dire que, en fait, tu connais Elise, qu’elle t’a invité à sa soirée, et que toi tu m’as invité à venir aussi, et je ferai comme si je rencontrais Elise pour la première fois ; non, je pourrais dire que je l’ai déjà vue une fois, et… QUOI ?!!

 

Clément l’observe, un sourire goguenard aux lèvres… Il la prend par les épaules et l’emmène s’asseoir sur les canapés du coin jeunesse.

– On se calme ma petite Pélagie, tout va très bien se passer… Oh là là, c’est la première fois que tu vas sortir avec un garçon ? Tu veux que je t’apprenne à rouler des pelles ?

– Pfff, t’as raison, je suis totalement ridicule ! Mais qu’est-ce qu’il m’arrive ? Il me rend complètement cinglée, ce Léo.

– Ahahah, on ne s’ennuie pas avec toi ! Vingt-deux, vlà la Doulac qui déboule, rendez-vous au QG pour le déjeuner, tu me raconteras tout depuis le début.

 

Fuyant la mine courroucée de Christine Doulac, Pélagie se coule dans les rayons pour ranger les piles de livres qui l’attendent, quand soudain elle se heurte à une cliente en train de se remettre du rouge à lèvres en plein milieu de l’allée.

– Et merde, tu peux pas faire attention à ce que tu fais, espèce de grande gourde, à cause de toi, je me suis complètement ratée !

L’expression de l’inconnue change cependant du tout au tout dès qu’elle la reconnaît.

– Pélagie ?!! Ah aha ah, j’aurais dû m’en douter ! Il n’y a que toi pour être aussi maladroite !! Mais qu’est-ce que tu fais là ?! Dis-donc, ça fait une paye, pas vrai ?

 

Pub O’Sullivan, à l’heure du déjeuner

– Allez, me fais pas languir, tu la connais d’où ? Comment elle s’appelle ?

C’est au tour de Pélagie de pouvoir se moquer de son collègue. Elle ne va pas se gêner.

– Mais dis-donc, mon p’tit Clément ! T’as pas déjà une copine ? Je te trouve bien énervé, tout à coup… C’est ma vieille amie d’enfance qui te met dans cet état ?

– Rahh, tu te rends pas compte ! Cette fille, ça fait des semaines qu’elle me cherche ! A remuer sa petite paire de seins sous mon nez, à me lancer des œillades langoureuses…

– Pffff, non mais tu te fais un gros film ! Crois-moi, tu n’es pas du tout son genre ! Bien trop gentil garçon… Elle te croquerait tout cru !!

– Dis-moi quand-même ! gémit Clément en faisant mine de lui jeter son verre à la figure.

– Ok, ok ! Elle s’appelle Mélanie, on était dans la même école quand on était petites. C’était ma super copine d’enfance, à la vie, à la mort. C’est surtout elle qui me défendait, tu m’diras… Je ne sais pas trop ce qu’elle me trouvait, en fait. Bref, on s’est perdues de vue au collège, parce qu’elle a déménagé. Sa mère a accepté un boulot à Paris.

– Vous allez vous revoir ?

– Hé hé, oui, et pas plus tard que samedi ! Je l’ai invitée à notre soirée. Je peux p’t-être t’avoir une entrée si ça t’intéresse ? poursuit Pélagie d’un ton malicieux. Mais il va falloir être un gentil garçon et aider sa bonne copine Pélagie à trouver une solution, rapport à Léo !

 

Librairie Ecrire en Série, l’après-midi

– J’en peux plus de cette Dorothée, qu’est-ce qu’elle me saoule ! murmure Pélagie en passant à côté de Clément qui tient la caisse pendant que la pimbêche décore la vitrine du magasin, se rengorgeant de s’être fait confier cette tâche illustre par la patronne.

– Je t’aurais bien demandé de tenir la caisse, Pélagie ! Mais Mme Doulac refuse que tu t’en approches… glousse Dorothée, railleuse. Elle doit craindre que tu n’y mettes le feu. Je serais curieuse de voir à quoi ressemble ton appartement. Je parie que tu as déjà causé une inondation en oubliant de fermer un robinet, je me trompe ?

Mon appart’, tu n’y mettras jamais les pieds, même pas en rêve, enrage Pélagie en silence quand elle entend Clément lui répondre d’une voix enjouée :

– Tu n’as qu’à venir à la soirée que Pélagie organise chez elle samedi soir ! Tu verras que son appart’ est plutôt sympa.

– Une soirée ? sourit Dorothée d’un air dédaigneux. Tu as des amis à inviter, toi ?

 

Pélagie hausse les épaules et lui répond sur un ton détaché :

– Sûrement pas des invités de ton standing… Enfin, quand-même, Léo sera là…

Alors là, ça lui en bouche un coin ! Ah ah, la tête qu’elle fait, c’est jouissif ! On dirait qu’elle vient de gober une araignée !

Mais la victoire est de courte durée…

– Je serai où, moi ? questionne une voix amusée dans son dos.

Pélagie se retourne et tombe nez à nez avec Léo qui la contemple de son air narquois.

Damned ! Prise sur le fait.

Commentaires